Investir dans une SCPI en 2013, une bonne idée

Investir dans une SCPI en 2013, une bonne idéeDepuis quelques années maintenant, investir dans une Société Civile de Placement Immobilier est devenue une solution de choix et d’ailleurs, de plus en plus d’investisseurs le font, que ce soit des particuliers ou des professionnels de la finance. Il faut reconnaitre que les rendements en 2012 ont été plus que généreux, avec un moyenne de 5 % environ. De quoi susciter bien des tentations pour cette année 2013. Seulement voilà, les choses ne sont plus les mêmes et les rendements devraient être revus à la baisse. Nous avons voulu en savoir un peu plus sur le sujet et vous tenir informés. Ainsi, vous pourrez prendre votre décision en toute connaissance de cause et surtout, sans précipitation. Nous ne sommes qu’à la moitié de l’année, mais le premier semestre a déjà vu une baisse des intérêts pour les SCPI. De quoi y réfléchir à deux fois avant d’y investir.

2012, une année exceptionnelle pour les SCPI

Naturellement, l’immobilier est toujours une valeur refuge pour les investisseurs et la Société Civile de Placement Immobilier est une solution intéressante pour investir sans prendre beaucoup de risque. Surtout, la Société Civile de Placement Immobilier permet d’investir une somme modeste, elle ouvre donc la porte de l’investissement immobilier à des particuliers qui n’auraient pas pu investir dans un immeuble entier. C’est un démarrage en douceur pour se familiariser avec l’immobilier et ses subtilités. En 2012, les rendements ont approché les 5,7 %, permettant ainsi à de nombreux investisseurs de réaliser des gains non négligeables. Dans ce contexte, beaucoup d’investisseurs ont envie d’acheter des parts en 2013, mais attention, il faut s’attendre en effet à des rendements beaucoup plus modestes, et nous allons vous en expliquer les raisons.

Une année 2013 en demi teinte pour les SCPI

La plupart des biens immobiliers, les plus sûrs, sont particulièrement convoités, notamment les bureaux des centres d’affaires parisiens et de quelques autres grandes villes de province. La demande se concentre donc et par conséquence, les rendements devraient être revus à la baisse car les prix de ces biens immobiliers montent en flèche. On constate par ailleurs un taux de vacances en hausse et des impayés de plus en plus nombreux chez les locataires.